Publications
Alles is beter dan armoede. Over migranten, grens- en seizoensarbeiders - Rien n’est pire que la misère. À propos des travailleurs migrants, frontaliers et saisonniers
Pour les abonnés
société
histoire

Alles is beter dan armoede. Over migranten, grens- en seizoensarbeiders - Rien n’est pire que la misère. À propos des travailleurs migrants, frontaliers et saisonniers

(Dirk Van Assche) De Franse Nederlanden-Les Pays-Bas Français- 2015, nr. 40, pp. 160-169

Ceci est un article de nos archives imprimées

Aan de Belgisch-Franse grens staat een kunstwerk ter ere van de grensarbeiders die tot ver in de twintigste eeuw vanuit Belgisch-Vlaanderen naar Frankrijk trokken. Zij vluchtten weg voor de moeilijke economische omstandigheden in hun streek en hoopten op beterschap in Noord-Frankrijk. Dirk Van Assche vraagt zich af of dit kunstwerk er ook staat voor de vele vluchtelingen die vandaag via Calais naar Engeland proberen te reizen.

À la frontière franco-belge, un monument a été érigé en mémoire des travailleurs frontaliers flamands qui, jusque tard dans le vingtième siècle venaient travailler en France. Ils voulaient échapper aux difficultés économiques de leur région et améliorer leur sort dans le nord de la France. Dirk Van Assche se demande si cette œuvre d’art n’est pas également celle des nombreux migrants qui aujourd’hui tentent de rejoindre l’Angleterre via Calais.

Poursuivre la lecture de cet article?

Cet article est payant. Achetez l’article, ou souscrivez un abonnement donnant accès à tous les articles repris dans les plats pays.

€5/mois

€50/année

S’inscrire

S’enregistrer ou s’inscrire pour lire ou acheter un article.

Important à savoir


Lorsque vous achetez un abonnement, vous autorisez un paiement automatique. Vous pouvez y mettre fin à tout moment en contactant philippe.vanwalleghem@onserfdeel.be