Publications
«Le dessin m'a sauvée»
© F. Ramos.
© F. Ramos. © F. Ramos.
Pour les abonnés

«Le dessin m'a sauvée»

Les mondes surréels de Fatinha Ramos

Deux années de suite, en 2017 et 2018, Fatinha Ramos a reçu un Global Illustration Award à la Foire du livre de Francfort. Elle a exposé dans le monde entier, illustré un livre pour enfants pour le MoMA à New York, et ses œuvres sont actuellement exhibées à l’hôtel de ville d’Anvers. Portrait d’une artiste belgo-portugaise dont les personnages ont toujours les cheveux au ven

Fatinha Ramos vit depuis près de vingt ans en Belgique, mais elle a grandi dans la petite ville côtière d’Aveiro, où le vent souffle sans cesse et dont les couleurs des maisons et l’air bleu des mers du sud reviennent systématiquement dans ses œuvres.

Elle a passé sa jeunesse sur cette côte portugaise, mais aussi dans des hôpitaux. À partir de l’âge de quatorze ans, une maladie des os l’a conduite dans des lits d’hôpitaux avec la régularité d’une horloge. Enfant, elle a toujours dessiné, et durant ces longues heures passées à l’hôpital, le dessin lui est devenu indispensable. «Le dessin m’a sauvée», assure-t-elle. «Je dessinais des nouveaux mondes, des mondes qui me rendaient heureuse.»

Poursuivre la lecture de cet article?

Cet article est payant. Achetez l’article, ou souscrivez un abonnement donnant accès à tous les articles repris dans les plats pays.

€5/mois

€50/année

S’inscrire

S’enregistrer ou s’inscrire pour lire ou acheter un article.

Important à savoir


Lorsque vous achetez un abonnement, vous autorisez un paiement automatique. Vous pouvez y mettre fin à tout moment en contactant philippe.vanwalleghem@onserfdeel.be