Miroir de la culture en Flandre et aux Pays-Bas

Publications

Miroir de la culture en Flandre et aux Pays-Bas

Les Bourguignons sont de retour
© «Museum Hof van Busleyden» - photo J. Luyten.
© «Museum Hof van Busleyden» - photo J. Luyten. © «Museum Hof van Busleyden» - photo J. Luyten.
Pour les abonnés
Arts
Histoire

Les Bourguignons sont de retour

Le «Museum Hof van Busleyden»

Le Museum Hof van Busleyden de Malines est une aventure. Il suffit d’entrer dans l’univers des Bourguignons pour être aussitôt ébahi par les représentations de la vie trépidante dans l’opulente cité qu’était Malines au début du XVIe siècle. La vie à la cour de Bourgogne était bien sûr agrémentée de fêtes, cortèges, joutes rhétoriques et processions - autant d’événements centrés sur l’homme et sur des traditions qui persistent encore dans le Malines actuel.

Le musée communal Hof van Busleyden de Malines rouvre au public après plusieurs années de rénovation. Il doit son nom à l’humaniste Jérôme de Busleyden (1470-1517), qui s’y installa au début du XVIe siècle. L’ecclésiastique et juriste exerçait à Malines en tant que membre du Grand Conseil et plus tard maître des requêtes de cette institution, premier tribunal international et cour suprême des Pays-Bas bourguignons, comparable à l’actuelle Cour de justice de l’Union européenne à Luxembourg. Il recevait dans sa résidence malinoise des amis célèbres, comme Thomas More et Érasme. Ils collectionnaient des objets exotiques et des œuvres d’art, échangeaient des idées et philosophaient sur cette nouvelle époque que l’on appellerait par la suite la Renaissance.

Cinq cents ans plus tard, l’élégant hôtel urbain bourguignon ambitionne de redevenir un lieu de rencontres et de rassemblements artistiques et un incubateur d’idées. Pendant la Première Guerre mondiale, la vaste bâtisse fut presque entièrement détruite, il n’en subsista que les murs. Sa reconstruction se déroula en plusieurs phases, ce qui explique son style éclectique. Lors de la récente restauration, il a été décidé, en concertation avec le service de protection des monuments et sites, de ne pas revenir à l’architecture d’origine. La mosaïque de styles fait bel et bien partie de l’histoire du bâtiment.

Poursuivre la lecture de cet article?

Cet article est payant. Achetez l’article, ou souscrivez un abonnement donnant accès à tous les articles repris dans les plats pays.

€3

€4/mois

€40/année

S’inscrire

S’enregistrer ou s’inscrire pour lire ou acheter un article.

Désolé

Vous visitez ce site web via un profil public.
Cela vous permet de lire tous les articles, mais pas d’acheter des produits.

Important à savoir


Lorsque vous achetez un abonnement, vous donnez la permission de vous réabonner automatiquement. Vous pouvez y mettre fin à tout moment en contactant philippe.vanwalleghem@onserfdeel.be.