Publications
Poétique de la tentative: la «Compagnie de KOE»
© K. Broos.
© K. Broos. © K. Broos.
Pour les abonnés
arts

Poétique de la tentative: la «Compagnie de KOE»

La Compagnie de KOE fête ses 30 ans. Plusieurs paradoxes définissent de KOE. Trop souvent, cette compagnie est présentée comme une troupe qui prône l’art pour l’art par-dessus tout.

L’histoire de la Compagnie de KOE commence en 1989 avec la pièce De gebiologeerden (Les Fascinés), un dialogue absurde signé Peter Van den Eede et Bas Teeken, condisciples au Conservatoire d’Anvers. Les auteurs jouent deux ornithologues qui ne peuvent exprimer leur amour mutuel qu’en termes voilés, en parlant d’oiseaux. Quoique «jouer» ne soit peut-être pas le terme idoine: Van den Eede et Teeken n’entrent pas dans la peau de leurs «personnages», mais ne se livrent pas non plus eux-mêmes sur scène.

Poursuivre la lecture de cet article?

Cet article est payant. Achetez l’article, ou souscrivez un abonnement donnant accès à tous les articles repris dans les plats pays.

€5/mois

€50/année

S’inscrire

S’enregistrer ou s’inscrire pour lire ou acheter un article.

Important à savoir


Lorsque vous achetez un abonnement, vous autorisez un paiement automatique. Vous pouvez y mettre fin à tout moment en contactant philippe.vanwalleghem@onserfdeel.be