Publications
Zénon à Bailleul
© Memento production
© Memento production © Memento production
Les Pays-Bas français
arts

Zénon à Bailleul

Zénon l’insoumis

Ce samedi 15 juin aura lieu au cinéma Le Flandria à Bailleul, l’avant-première du film « Zénon, l’insoumis ». La réalisatrice belge Françoise Levie présente brièvement dans cet article son docudrame en hommage à Zénon, le personnage principal du chef-d’œuvre de Yourcenar, L'Œuvre au noir, et son adaptation cinématographique d’André Delvaux.

En collaboration avec Michèle Goslar et les Archives Marguerite Yourcenar de Bruxelles, nous cherchions à commémorer le trentième anniversaire de la mort de l’écrivain. Mais que dire, que raconter de neuf sur cette grande dame de la littérature ?

C’est alors que nous avons découvert à la Houghton Library (université de Harvard) aux États-Unis, les archives déposées par Marguerite Yourcenar, et plus particulièrement la correspondance qu’elle entretint pendant plusieurs années avec le cinéaste belge André Delvaux autour de l’adaptation cinématographique de l’Œuvre au Noir.

En tout, une cinquantaine de lettres manuscrites échangées entre 1982 et 1987, de Linkebeek à Mount Desert aux États-Unis.

Marguerite Yourcenar sortait d’une expérience douloureuse avec le cinéaste allemand Volker Schlöndorff. Elle n’avait pas apprécié son adaptation du Coup de grâce et s’était sentie trahie. Elle était donc bien décidée à se montrer plus prudente à l’avenir.

Aussi accueillit-elle la demande d’André Delvaux avec une certaine froideur. De plus, elle ne connaissait pas ses films. Pour elle, le réalisme magique qui imprègne les films de Delvaux ne lui semblait pas compatible avec le personnage de Zénon. Pourtant, peu à peu, il sut gagner sa confiance. Sa grande sensibilité, sa parfaite urbanité, sa fermeté aussi quant à l’indispensable indépendance du réalisateur finirent par la convaincre. Dans ses lettres, elle s’assouplit, va jusqu’à suggérer des idées de modèles masculins pour Zénon. Réagit parfois violemment face à des photos de repérages qui lui paraissent inappropriées…

Afin de mettre en scène cette correspondance, nous avons imaginé la présence de deux comédiens, Marie-Christine Barrault et Johan Leysen. Deux comédiens qui avaient déjà travaillé avec Delvaux, Barrault dans le très émouvant ‘Femme entre chien et loup’, mais aussi dans l’Œuvre au Noir où elle joue Hilzonde, la mère de Zénon. Quant à Johan Leysen, il fut le geôlier de Zénon. Ici, dans « Zénon, l’insoumis », Johan Leysen interprète le rôle d’un comédien qui veut jouer Zénon, le personnage principal de l’Œuvre au Noir sur une scène de théâtre. Comment, se demande-t-il, traduire aujourd’hui l’actualité d’un homme du XVIe siècle ?

Il est guidé dans sa quête par les textes lus par Marie-Christine Barrault dans la maison même de Marguerite Yourcenar, à Petite Plaisance dans le Maine, là même où ces textes furent écrits. Bien sûr, Marie-Christine Barrault n’est pas Marguerite Yourcenar, mais peu à peu, grâce à son talent exceptionnel de lectrice, on rentre dans la problématique de l’époque et ce que l’écrivain appelait le « drame humain ».

Inspiré par un tableau de Breughel, qui le mène vers les migrants du Parc Maximilien à Bruxelles, Johan Leysen se rend au musée de l’Anatomie de Montpellier où le personnage de Zénon fit ses études de médecine, puis à l’église de Jérusalem de Bruges, avant d’aller saluer Giordano Bruno à Rome. Mais ce sont les étranges polaroïds pris par le comédien italien Gian Maria Volonté, l’acteur principal du film de Delvaux, pour se préparer au rôle, qui lui révéleront la vraie nature d’un Zénon.

Et l’on découvre alors cette surprenante et tragique coïncidence, qui fait que Marguerite Yourcenar, alors qu’on l’attendait sur le plateau en Belgique, meurt sur l’île de Mount Desert, au moment même où André Delvaux filme la mort de Zénon dans sa cellule de Bruges.

À travers les magnifiques textes de l’Œuvre au Noir lus par Marie-Christine Barrault, ponctués par quelques courtes interventions de Marguerite Yourcenar et des extraits du film de André Delvaux, le spectateur comprend que le livre situé au XVIe siècle et paru en mai 1968, n’a absolument rien perdu de sa terrible actualité.

La projection du 15 juin au Cinéma de Bailleul constitue une avant-première mondiale ! Terminé au début du mois de juin, le film n’a encore jamais été montré. C’est donc un très grand honneur pour les auteurs de « Zénon l’insoumis », de voir la carrière de ce film débuter sur les terres mêmes de Marguerite Yourcenar.

La Villa départementale Marguerite Yourcenar présente en avant-première « Zénon l’insoumis »

En présence de la réalisatrice, Françoise Levie
Rencontre animée par Achmy Halley
En partenariat avec le musée Marguerite Yourcenar et la Ville de Bailleul

Samedi 15 juin 2019, 20 h.

Cinéma Le Flandria, à Bailleul

Réservation: villayourcenar@lenord.fr

S’inscrire

S’enregistrer ou s’inscrire pour lire ou acheter un article.

Important à savoir


Lorsque vous achetez un abonnement, vous autorisez un paiement automatique. Vous pouvez y mettre fin à tout moment en contactant philippe.vanwalleghem@onserfdeel.be