Publications
Anke Verschueren: «C'est la pluie»
© M. Hommersom.
© M. Hommersom. © M. Hommersom.
Littérature

Anke Verschueren: «C'est la pluie»

Avec Besmette Stad (Ville contaminée), projet multimédia de la maison flamando-néerlandaise deBuren à Bruxelles, quelque soixante artistes flamands et néerlandais apportent une réponse artistique à la crise sanitaire d'aujourd'hui. Ils ont été inspirés par le recueil de poésie de renommée internationale Bezette Stad (Ville occupée) dans lequel l'écrivain flamand Paul Van Ostaijen (1896-1928) se penche sur la Première Guerre mondiale. Anke Verschueren a lu son poème Eenzame stad (Ville solitaire), ce qui a donné lieu à la vidéo C'est la pluie.


C'est la pluie

il pleut
des milliards
de petits monstres mauves
aux yeux ignivomes
aux dents acérées
de petites sphères mauves
à longues ventouses
se fixent
dans nos gorges
sur nos bronches
dans nos têtes
sur nos cœurs

et nous montrent
ce monde contaminé

en chiffres sur une carte
touchés décédés guéris
et oui
c’est un privilège d’être un chiffre
d’être incommodée par un coton tige
enfoncé au fond du nez
et puis les résultats de votre test
positif
traitement sous respirateur
une catastrophe espérons-le évitée

mais
nous aimerions qu’on nous dise aussi
combien de gens
voudraient appeler un médecin chaque jour
mais n’ont pas de téléphone
ni même de quoi manger

dans ce pays contaminé

je danse dans les rues vides
mais quid des gens qui dorment
sous la pluie

dans cette ville contaminée

où les façades
se transforment en visages
derrière lesquels
se cachent
la sociabilité les rires
le danger les secrets

heureusement que nous pouvons nous faire de grands signes de la main

ohé!

dans ce village contaminé
nous ne nous engonçons plus
dans nos épaules
en croisant les voisins

nous faisons un signe de tête encourageant
comme si
la compétition étant suspendue
tout le monde s’était soudain mis
à encourager le même club de foot

tous ensemble tous ensemble
ouiouioui
restons chez nouuus
on en viendra à bout

cela finira bien
partout

ici aussi
dans cette rue contaminée
où chaque jour on taille une haie
on tond une pelouse

alors que nous avons enfin appris
à sourire les uns aux autres
seuls les yeux sourient
alors que les masques sont enfin tombés
il nous faut en mettre un pour sortir

assise
dans ma chambre immaculée
qui a déjà connu trois nettoyages de printemps

je suis seulement
solitaire
combien
combien de temps encore?

je vois mes amis
en deux dimensions
disposés en petits carrés sur l’écran
et j’espère sincèrement
que ce sont là les seuls cases
à l’intérieur desquelles nous nous imaginerons jamais

il pleut
plic plic plic
sur mon velux
que j’ouvre tout grand
je lève la tête
ferme les yeux
sens les gouttes
sur ma peau
plic plic plic

la pluie
est seule
à me toucher

https://www.youtube.com/embed/SVc-fC1H4oo
S’inscrire

S’enregistrer ou s’inscrire pour lire ou acheter un article.

Désolé

Vous visitez ce site web via un profil public.
Cela vous permet de lire tous les articles, mais pas d’acheter des produits.

Important à savoir


Lorsque vous achetez un abonnement, vous donnez la permission de vous réabonner automatiquement. Vous pouvez y mettre fin à tout moment en contactant philippe.vanwalleghem@onserfdeel.be.