Miroir de la culture en Flandre et aux Pays-Bas

Publications

Miroir de la culture en Flandre et aux Pays-Bas

Les squatters et la politique
Pour les abonnés

Les squatters et la politique

(Schelto Patijn) Septentrion - 1983, nº 1, pp. 10-15

Ceci est un article de nos archives imprimées. Patientez, car nous devons le scanner

La croissance de la population aux Pays-Bas, la baisse du nombre de logements et le plus grand nombre de personnes seules a fait monter la demande de logements beaucoup plus vite que l'offre. Et pourtant un certain nombre d'appartements s'avéraient vides d'occupants. A partir des années soixante cela déclencha une grogne croissante, les premiers squatters prirent leur sort en mains propres et occupèrent des logements inoccupés. Les propriétaires se tournèrent vers la justice, mais les arrêts n'éclaircirent pas les choses. Il faudrait attendre les années soixante-dix pour voir apparaître de sérieux problèmes. Les maisons squattées étaient maintenant habitées par des jeunes qui avaient leur culture propre et qui se les répartissaient eux-mêmes. Il apparut donc un système parallèle. Quand une maison était évacuée par la police, éclatait une lutte en règle entre les squatters et la police. Pendant ce temps les hommes politiques n'avaient apporté aucune solution concrète à ce problème. Il faudrait attendre 1981 pour qu'on vote une loi autorisant les communes à recenser les logements inhabités et à les répartir entre les personnes inscrites comme en quête de logement. Du fait des circonstances ce travail resta limité à son côté administratif, ce qui n'amena guère de solutions. On entendra encore beaucoup parler des squatters à l'avenir.

Poursuivre la lecture de cet article?

Cet article est payant. Achetez l’article, ou souscrivez un abonnement donnant accès à tous les articles repris dans les plats pays.

€3

€4/mois

€40/année

S’inscrire

S’enregistrer ou s’inscrire pour lire ou acheter un article.

Désolé

Vous visitez ce site web via un profil public.
Cela vous permet de lire tous les articles, mais pas d’acheter des produits.

Important à savoir


Lorsque vous achetez un abonnement, vous donnez la permission de vous réabonner automatiquement. Vous pouvez y mettre fin à tout moment en contactant philippe.vanwalleghem@onserfdeel.be.