Publications
La couleur pourpre d’un peintre-orchestre
Pour les abonnés
arts

La couleur pourpre d’un peintre-orchestre

Les traces portées de Koen Broucke

«Mon pinceau est un sismographe ultrasensible: je prends de plus en plus conscience que, lorsque je peins, ce n’est pas moi qui œuvre, je ne suis qu’un simple médium. Cela ne signifie pas pour autant que je travaille de façon irraisonnée, bien au contraire. Tout se passe de manière très méthodique, la liberté et la discipline marchant main dans la main.»
(Koen Broucke)

Poursuivre la lecture de cet article?

Cet article est payant. Achetez l’article, ou souscrivez un abonnement donnant accès à tous les articles repris dans les plats pays.

€4/mois

€40/année

S’inscrire

S’enregistrer ou s’inscrire pour lire ou acheter un article.

Important à savoir


Lorsque vous achetez un abonnement, vous autorisez un paiement automatique. Vous pouvez y mettre fin à tout moment en contactant philippe.vanwalleghem@onserfdeel.be