Publications
Harry Gruyaert : entre couleurs, lumières et ombres
© Harry Gruyaert / Magnum Photos
© Harry Gruyaert / Magnum Photos © Harry Gruyaert / Magnum Photos
arts

Harry Gruyaert : entre couleurs, lumières et ombres

Cet été, le grand photographe anversois Harry Gruyaert est à l’honneur en France. Ses œuvres sont accessibles au public dans trois lieux depuis le 20 juin : à Toulon et en deux endroits à Bordeaux.

Gruyaert (°1941) a quitté jeune sa ville natale d’Anvers pour s’établir à Paris, mais a aussi voyagé dans le monde entier. En 1981, il est devenu membre de la célèbre agence Magnum Photos. Il a été l’un des premiers à s’engager résolument dans la photographie couleur. Dans une agence aussi attachée au noir-et-blanc, cette démarche a suscité bien des débats. Gruyaert maîtrise à la perfection le jeu des lumières et des couleurs. Saturation des couleurs, chaleur des lumières et usage récurrent des reflets lumineux caractérisent son œuvre. Il avoue lui-même être influencé par la peinture des maîtres flamands et hollandais et par le cinéma.

Harry Gruyaert est l’un des plus grands photographes couleur européens, « le Picasso de la photo couleur » comme l’avait surnommé un jour l’un de ses confrères chez Magnum et compatriote Carl De Keyzer. Ses photos peuvent être vues dans différentes collections publiques et privées, comme le Musée d’art métropolitain de Tokyo, le Centre Pompidou de Paris, la biennale Foto/Industria de Bologne, ou encore la fondation Deutsche Börse. Récemment, le public a pu admirer son œuvre dans de grandes expositions rétrospectives, notamment celles organisées à la Maison européenne de la photographie à Paris (2015) et au Musée de la photographie à Anvers (2018).

À l’occasion du festival d’été « Liberté ! Bordeaux 2019 », la Mairie de Bordeaux a demandé à Gruyaert de mettre en images la capitale girondine, ce qui a donné une série de 20 tirages colorés grand format que l’on peut découvrir à l’Arrêt sur l’Image Galerie. Gruyaert a trouvé son inspiration davantage dans les nouveaux quartiers que dans le centre historique, plus connu.

Parallèlement, il expose, avec l’agence Magnum, une série de 60 photos de sa série Rivages. Cette série est exposée dans la Base sous-marine de Bordeaux, l’impressionnant bâtiment construit par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale pour accueillir leurs sous-marins. Gruyaert a immortalisé des paysages maritimes de pays divers dans le monde. Il a exposé cette série pour la première fois en 2003, mais le public a l’occasion de découvrir quelques nouveautés à Bordeaux. Des ciels menaçants, les jeux d’ombres, le reflet de la lumière caractérisent l’art de Gruyaert.

Enfin, à l’Hôtel départemental des Arts de Toulon, les visiteurs peuvent se faire une idée de l’ensemble de l’œuvre du photographe de chez Magnum. Les commissaires de l’exposition ont sélectionné des tirages provenant de différentes séries réalisées par Gruyaert, certains ayant rarement été exposés. Des vidéos sont aussi présentées.

Harry Gruyaert n’a été découvert en Belgique que tardivement. Il avait émigré assez jeune et entretenait une relation ambiguë avec son pays d’origine. La situation a changé lorsqu’en 2010 son œuvre a fait l’objet d’une série d’expositions. Dirk Leyman a écrit un article à ce sujet dans Septentrion 3/2014. Vous pouvez lire cet article ici.

S’inscrire

S’enregistrer ou s’inscrire pour lire ou acheter un article.

Important à savoir


Lorsque vous achetez un abonnement, vous autorisez un paiement automatique. Vous pouvez y mettre fin à tout moment en contactant philippe.vanwalleghem@onserfdeel.be