Publications
Le chagrin littéraire de la Belgique. La «Belgitude» dans la recherche littéraire
Pour les abonnés
Littérature

Le chagrin littéraire de la Belgique. La «Belgitude» dans la recherche littéraire

Pour l’exploration de la littérature belge (néerlandophone et francophone), ne serait-il pas important de ne plus se cantonner dans des orientations linguistiques strictement limitées, mais de travailler avec des catégories plurilingues ou transculturelles, voire nationales? Voici un plaidoyer pour l’étude d’un point de vue plurilingue de ce qui fait la différence entre les littératures belges et celle des Pays-Bas et de la France.

Énoncé à plusieurs reprises par le passé, le sujet a même fait l’objet d’une entrée dans Wikipedia. Jusqu’à présent il n’y a toujours pas d’histoire de la littérature belge. Certes, à l’exemple des Pays-Bas, le Poëziecentrum (Centre de la poésie, Gand), VONK & Zonen (Anvers) et la Maison de la poésie (Namur ) désignent depuis 2014 un Poète national belge. Tous les deux ans, un écrivain néerlandophone et un francophone occupent respectivement la fonction de poète (Charles Ducal, Laurence Vielle, Els Moors et depuis début 2020 Carl Norac).

Poursuivre la lecture de cet article?

Cet article est payant. Achetez l’article, ou souscrivez un abonnement donnant accès à tous les articles repris dans les plats pays.

€4/mois

€40/année

S’inscrire

S’enregistrer ou s’inscrire pour lire ou acheter un article.

Désolé

Vous visitez ce site web via un profil public.
Cela vous permet de lire tous les articles, mais pas d’acheter des produits.

Important à savoir


Lorsque vous achetez un abonnement, vous donnez la permission de vous réabonner automatiquement. Vous pouvez y mettre fin à tout moment en contactant philippe.vanwalleghem@onserfdeel.be.