Miroir de la culture en Flandre et aux Pays-Bas

Publications

Miroir de la culture en Flandre et aux Pays-Bas

Les Pays-Bas célèbrent le centenaire du droit de vote pour les femmes
© IAV - Atria
© IAV - Atria © IAV - Atria
Histoire

Les Pays-Bas célèbrent le centenaire du droit de vote pour les femmes

Le 28 septembre 1919 est entrée en vigueur aux Pays-Bas la loi accordant le droit de vote aux femmes. Cette date anniversaire invite à réfléchir, car elle symbolise le combat long et acharné que la gent féminine dut mener pour conquérir une position égalitaire dans la société. Les femmes belges ont même dû attendre 1948 pour être autorisées à entrer dans l’isoloir.

Aux Pays-Bas comme en Belgique, le droit de vote fut, avec la démocratisation de l’enseignement, un des principaux thèmes de la lutte engagée par la première vague féministe, qui apparut grosso modo vers la moitié du XIXe siècle avant de s’assoupir dans l’entre-deux-guerres.

À cette époque, la vie des femmes était difficile. L’idéal bourgeois alors en vogue entraînait une domination toujours plus prégnante des hommes dans l’espace public, tandis que madame restait à la maison.

Dans un contexte d’industrialisation, le travail des femmes était devenu symbole de pauvreté. Les mœurs qui en découlèrent se reflétaient aussi en politique. La démocratie était circonscrite aux citoyens masculins aisés. À l’instar des hommes aux faibles revenus, les femmes ne pouvaient se rendre dans les bureaux de vote.

Rien d’étonnant à ce que cette situation ait donné lieu à des mouvements de protestation. Les femmes commencèrent à s’organiser, d’abord aux Pays-Bas, un peu plus tard aussi en Belgique, en suivant l’exemple des suffragettes actives en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Manifestations, réunions de contestation et conférences se succédèrent, tandis que de très nombreux articles étaient publiés pour dénoncer la position de la gent féminine.

Aux Pays-Bas, une des principales protagonistes du droit de vote pour les femmes est Aletta Jacobs (1854-1929). En 1883, elle lance le débat en annonçant son intention de se présenter sur une liste. Comme la Constitution ne parle que de «Néerlandais», sa candidature sera rejetée.

En 1894, Aletta Jacobs fonde avec Wilhelmina Drucker (qui donnera son nom aux Dolle Mina’s) la Vereeniging voor Vrouwenkiesrecht (VVK - Association pour le droit de vote des femmes). Grâce à leur combat, les femmes obtiennent à partir de 1917 un droit de vote passif qui leur permet d’être éligibles à la Chambre des représentants.

En Belgique, la situation évolue plus lentement. Dans un premier temps, des championnes du féminisme telles que Marie Popelin et Isala Van Diest se concentrent surtout sur l’enseignement et l’égalité économique et juridique. La Fédération nationale des femmes socialistes, dont Isabelle Gatti de Gamond est la première secrétaire, est au départ le principal défenseur du droit de vote pour les femmes en Belgique, alors que, dans le même temps, ce sont les socialistes qui se méfient le plus de cette revendication. Comme les libéraux, ils craignent en effet que la gent féminine, sous l’influence du curé, vote massivement pour les catholiques.

Malgré quelques timides victoires enregistrées au début des années 1920, comme le droit de vote passif à l’échelle provinciale et nationale et le droit de vote aux élections communales, ces arguments continuent, entre autres, à jouer en leur défaveur jusqu’à la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Ce n’est qu’en 1948 que la loi belge les autorise à choisir leurs représentants au parlement. La Belgique devient ainsi un des derniers pays européens à permettre à ses citoyennes de se rendre aux urnes.

La Suisse suivra encore plus tard, en 1971. En Afrique du Sud, les femmes noires peuvent participer aux élections depuis la suppression de l’apartheid en 1994. En Arabie Saoudite, elles auront dû attendre 2015. Par ailleurs, le droit de vote octroyé aux Néerlandaises en 1919 ne s’appliquait pas aux femmes des Indes néerlandaises, du Surinam et des Antilles.

Notons enfin que la crainte que l’ensemble de la gent féminine vote pour les catholiques s’est avérée infondée. Leur choix est aussi varié que celui des hommes. En revanche, il est vrai que cette avancée n’a pas entraîné un renforcement automatique de leur participation à la vie politique. Aux Pays-Bas, on dut attendre jusqu’en 1956 pour qu’une dame accède finalement au rang de ministre, et même jusqu’en 1965 en Belgique. Aujourd’hui encore, la parité reste un doux rêve dans ces deux pays.

Cent ans après la première victoire des militantes de la première vague féministe, le combat n’est pas terminé. En Occident aussi, les femmes sont toujours les premières et principales victimes de la crise économique. La violence à leur encontre demeure un problème permanent. Pour les femmes de couleur plus que toutes autres, la vie est semée d’embûches. Enfin, les normes de genre étroites restent nombreuses à différents échelons de la société. Les festivités organisées aux Pays-Bas pour célébrer le droit de vote des femmes sont l’occasion idéale de s’interroger sur cette question et de définir ensemble comment aborder ce problème.

S’inscrire

S’enregistrer ou s’inscrire pour lire ou acheter un article.

Désolé

Vous visitez ce site web via un profil public.
Cela vous permet de lire tous les articles, mais pas d’acheter des produits.

Important à savoir


Lorsque vous achetez un abonnement, vous donnez la permission de vous réabonner automatiquement. Vous pouvez y mettre fin à tout moment en contactant philippe.vanwalleghem@onserfdeel.be.