Publications
Une façade propre et respectable. Les Néerlandais face à leur passé colonial
Pour les abonnés
Le passé colonial
Histoire

Une façade propre et respectable. Les Néerlandais face à leur passé colonial

Le 17 août 1945, l'Indonésie a proclamé son indépendance. Comment les Néerlandais voient-ils leur passé colonial? Aux Pays-Bas, la guerre n’a pas pris fin en 1945. Cette année-là, le pays s’est engagé dans une guerre féroce contre la libération de l’Indonésie. Le colonialisme néerlandais a arboré une façade propre et respectable, une façade qui n’a pas volé en éclats après ce qu’on a appelé les « opérations de police ». Aujourd’hui encore, la tolérance néerlandaise s’arrête dès que les questions concernent la respectabilité de l’ordre établi. En 2020, soixante-quinze ans après la proclamation de l’indépendance de l’Indonésie, il est grand temps de passer à des excuses gouvernementales et au pluralisme dans l’historiographie et la mémoire nationale.

La Haye, 14 septembre 2011. Dans une salle d’audience, Jeffry Pondaag (58 ans), activiste et ancien ouvrier cimentier, attendait avec impatience aux côtés de son avocate, Liesbeth Zegveld, la décision du tribunal. Trois ans plus tôt, Pondaag et sa fondation Komite Utang Kehormatan Belanda (KUKB - Comité pour les dettes d’honneur néerlandaises) avaient assigné en justice l’État néerlandais au nom de huit veuves indonésiennes et d’un survivant pour l’exécution de leurs époux dans le village javanais de Rawagede. Le 9 decembre 1947, des soldats néerlandais y avaient abattu 431 hommes selon les chiffres indonésiens.

Poursuivre la lecture de cet article?

Cet article est payant. Achetez l’article, ou souscrivez un abonnement donnant accès à tous les articles repris dans les plats pays.

€4/mois

S’inscrire

S’enregistrer ou s’inscrire pour lire ou acheter un article.

Désolé

Vous visitez ce site web via un profil public.
Cela vous permet de lire tous les articles, mais pas d’acheter des produits.

Important à savoir


Lorsque vous achetez un abonnement, vous donnez la permission de vous réabonner automatiquement. Vous pouvez y mettre fin à tout moment en contactant philippe.vanwalleghem@onserfdeel.be.