Miroir de la culture en Flandre et aux Pays-Bas

Publications

Miroir de la culture en Flandre et aux Pays-Bas

Le tram de la côte: la belgitude sur deux rails
© Visit Flanders
© Visit Flanders © Visit Flanders
Le choix du secrétaire
Société

Le tram de la côte: la belgitude sur deux rails

Tous les deux mois, Hans Vanacker pose un regard personnel sur Septentrion et tire des archives du magazine des textes qui entrent en résonance avec l'actualité. Peu avant les grandes vacances d’été, il nous emmène le long de la côte belge où souvent semble régner une atmosphère typique difficile à décrire.

Il y a quelques semaines, j'ai eu le privilège d'assister à la dernière séance du cours de littérature belge à Gand. Ce cours, une initiative des universités de Namur et de Gand, a déjà été présenté et mis en valeur sur ce site à plusieurs reprises.

En compagnie d’Yves T’Sjoen, professeur de littérature néerlandophone à l'université de Gand, et Caroline De Mulder, professeure de littérature francophone à l’université de Namur et autrice, j'ai eu le plaisir d’entrer en conversation avec les étudiants et étudiantes.

Cette conversation m'a passionné. Ce qui m'a frappé, c'est l’aisance avec laquelle les étudiants et étudiantes franchissaient fréquemment la frontière linguistique et revenaient pleins d’idées intéressantes, non seulement lorsqu'il s'agissait de littérature, mais aussi lorsque des questions sociales et autres étaient abordées. Avant même de m’en rendre compte, je me suis retrouvé plongé dans une sorte de Belgitude et, oui, j'ai trouvé cela très agréable.

Au fil des ans, nous avons publié plusieurs articles qui donnaient, inconsciemment ou non, vie à cette Belgitude. Un article qui m'est resté en mémoire est celui de Thomas Beaufils, anthropologue, spécialiste de l’histoire des Pays-Bas, fin connaisseur de la Belgique et ancien membre de la rédaction de Septentrion. Il y a quelque temps déjà, nous lui avons demandé de prendre le tramway et de descendre la côte de La Panne à Knokke.

Je vous souhaite un bon voyage bien ensoleillé!

Une expérience poétique: le tram de la mer du Nord

Les tramways de la côte belge sont des salles de cinéma miniatures, où chaque jour, l’histoire de la Belgique est projetée sur écran géant. En échange de l’achat d’un ticket d’entrée, les spectateurs s’installent sur des sièges, certes, peu confortables, mais le «film» qui se déroule sous leurs yeux est saisissant. Il raconte la «Belgique de papa» au fil des stations balnéaires de la mer du Nord. Une génération a disparu à jamais, et malgré les velléités d’effacement, le parcours a gardé l’empreinte d’un passé on ne peut plus belge. Au cours du trajet, un souvenir triste m’est revenu à l’esprit. J’ai un jour visité un appartement que l’on me proposait de louer. Sa locataire, une vieille dame, venait de décéder. Depuis son départ, tout était resté en l’état. Sur le coussin de son fauteuil, la marque de ses fesses, toujours visible. Les lieux étaient imprégnés de sa présence. Je la sentais.

Poursuivre la lecture.

Le choix du secrétaire

La langue des compatriotes

S’inscrire

S’enregistrer ou s’inscrire pour lire ou acheter un article.

Désolé

Vous visitez ce site web via un profil public.
Cela vous permet de lire tous les articles, mais pas d’acheter des produits.

Important à savoir


Lorsque vous achetez un abonnement, vous donnez la permission de vous réabonner automatiquement. Vous pouvez y mettre fin à tout moment en contactant emma.reynaert@onserfdeel.be.