Publications
Le musée-compromis : l'«Africamuseum» de Tervuren, une décolonisation réussie?
© MRAC, Tervuren.
© MRAC, Tervuren. © MRAC, Tervuren.
Pour les abonnés
Série: Le passé colonial
société
histoire

Le musée-compromis : l'«Africamuseum» de Tervuren, une décolonisation réussie?

Récemment, le musée royal d'Afrique centrale, aujourd'hui «Africamuseum», de Tervuren a rouvert ses portes. Dans quelle mesure la tentative de décolonisation est-elle une réussite? L'auteur du présent article, écrivain amstellodamois d'origine congolaise, est allé se rendre compte. Il est parti avec des sentiments mitigés.

Un dimanche après-midi. Le tram 44, bondé, quitte Bruxelles-Montgomery en direction de Tervuren. Pendant le trajet, je contemple des villas majestueuses dans la périphérie de Bruxelles. Le tramway parcourt assez vite une zone où on voit uniquement des arbres. Pas le moindre bruit d’autos, d’êtres humains ni de chiens. Il y a quelque 120 ans, le roi de Belgique Léopold II a décidé qu’on devait traverser cette zone de sérénité, en dehors de toute l’agitation urbaine, pour visiter son imposant musée consacré au Congo. Simultanément avec l’Exposition universelle de 1897 à Bruxelles, Léopold II voulait aussi organiser une exposition coloniale à Tervuren. Le monde entier - et plus particulièrement le monde des entreprises - aurait ainsi l’occasion de découvrir les potentialités économiques que présentait le dénommé "État libre du Congo". Cette exposition coloniale faisait évidemment abstraction de la souffrance et du sang qui allaient de pair avec la réalisation du rêve colonial du souverain belge. Le musée royal de l'Afrique centrale a fermé ses portes pendant cinq ans pour permettre une restauration approfondie. Depuis sa réouverture, il s’appelle AfricaMuseum. En plus de cette rénovation, le musée s’est aussi proposé de se renouveler sur le plan du contenu. Le racisme datant de l’époque coloniale devait passer à la poubelle.

Je me demande dans quelle mesure cette rénovation portant sur le contenu est réussie. Je me pose en outre la question de la pertinence d’un tel AfricaMuseum en l’an 2019. Un festival? Le tram arrive un peu à l’écart du centre de Tervuren.

Poursuivre la lecture de cet article?

Cet article est payant. Achetez l’article, ou souscrivez un abonnement donnant accès à tous les articles repris dans les plats pays.

€5/mois

Série:

Le passé colonial

S’inscrire

S’enregistrer ou s’inscrire pour lire ou acheter un article.

Important à savoir


Lorsque vous achetez un abonnement, vous autorisez un paiement automatique. Vous pouvez y mettre fin à tout moment en contactant philippe.vanwalleghem@onserfdeel.be